Africa SS'20

Afrique SS'20


On parle tellement des causes, des histoires derrière les marques. Beaucoup d'entre eux sont cachés, juste là, derrière. Cette fois, nous voulions vous montrer un peu ce que nous faisons. Notre objectif est que le bien atteigne tout le monde. Nous avons fait plusieurs publications faisant allusion à CCC et Cathy, mais rien de tel qu'un reportage pour vous rapprocher un peu plus de cette réalité. Souvent l'information qui nous parvient est conditionnée, même par nous-mêmes, il est plus facile de l'oublier, de prétendre qu'elle n'existe pas. La confrontation avec la réalité peut être très dure, mais aussi très gratifiante quand on se met au travail et on peut vraiment contribuer à faire du monde un endroit plus juste et meilleur pour tous. (Ce reportage a été réalisé en 2012, les choses ont déjà changé entre-temps. Nous publierons bientôt la vidéo actuelle).

Si nous investissons dans l'amour, quelque chose de bien arrivera !

Depuis tout petit, je n'ai jamais aimé les contes de fées, j'aimais les vrais, c'étaient les seuls qui me faisaient rêver. Peut-être que la fille qui rêvait n'était pas si empirique et que ses rêves étaient le point de départ pour créer sa réalité. Aujourd'hui encore, je n'aime que ce qui est réel, même si c'est dur, qui fait souffrir, c'est la réalité, c'est la vie qui se passe. Les histoires de princesses ne m'ont jamais fait croire à une réalité différente ni idéaliser une vie de "paillettes et rose", je n'ai jamais été cette fille, je pense que je n'ai jamais porté de rose... J'ai sauvé des animaux de la rue et j'ai souffert plus que mes parents ne le feraient comme, mais c'était comme ça, j'adorais m'asseoir à la table des grands et entrer en Afrique à travers les mots de ma grand-mère Helena et de mon père Luís. Ce n'était pas toujours de belles histoires, parce qu'il y avait toujours la faim, la misère, les déséquilibres sociaux et c'est peut-être mon plus grand lien avec l'Afrique, cette confrontation avec une réalité dont j'ai besoin pour vouloir sauter dans ces histoires et faire partie de ces scénarios.

Après plus de 30 ans, me voici en train de créer une autre collection basée sur la réalité, dans une partie de ma vie. Je pensais que je ne pouvais le faire que si je pouvais contribuer de quelque manière que ce soit à aider l'Afrique, mais je ne savais pas par où commencer et j'ai demandé l'aide d'un ami qui s'occupe d'organisations dédiées au soutien des personnes au quotidien. C'est cet ami qui m'a présenté Cathy et c'est à ce moment précis que j'ai réalisé que c'était l'ONG qui allait recevoir notre aide. Vous pouvez voir plus d'informations sur cette ONG ici : http://www.confidentchildren.org/

Peut-être que BYOU est mon histoire, mon évolution racontée dans les vêtements et peut-être que Cathy était destinée à m'être présentée pour m'aider à plonger dans un scénario aussi difficile qu'inspirant et beau. Pour la collection, j'ai choisi les couleurs qui me rappellent l'Afrique : Terracotta sont les souvenirs que j'ai de l'odeur de la terre mouillée ; Le bleu d'une mer lointaine ; La transparence d'une eau verte, une eau qui se fait rare ; Le vert sec de la végétation ; La crème des sables et de la terre ; La couleur de l'aube et du crépuscule; Et les étincelles que, après tout, je choisis toujours d'avoir dans mes collections. Je vois qu'ils sont une représentation de la beauté qui étincelle en chacun de nous. Ils sont le soleil et la lune de ce scénario.

-

C'est l'introduction que j'ai choisie pour cette nouvelle collection, bien avant ce qui s'est passé et nous vivons une ère d'incertitude, de douleur, mais aussi d'amour.

Tout ce que j'avais prévu pour la séance photo n'a pas pu se produire, c'était quelque chose qui placerait BYOU à un niveau supérieur à ce qu'il a fait jusqu'à présent, mais, compte tenu des circonstances et de la pérennité de l'entreprise, nous nous sommes adaptés. L'être humain est comme ça, il s'adapte car en plus d'avoir besoin de s'entretenir, il a envie et besoin de continuer à rêver et à être heureux.

Ce que je veux maintenant, c'est envoyer de l'amour à chacun de vous et que notre aide, même minime, atteigne l'Ouganda, car l'Afrique souffrira beaucoup plus que nous dans cette énorme pandémie et toute l'aide sera peu nombreuse.

Merci à tous d'être de ce côté.
P.S. Les noms des pièces sont des noms de terres africaines.

Avec amour,
Patricia Gouveia

 

.